Imprimer

Richard Jacquet présente ses voeux dans une salle comble

Écrit par redacteur. Publié dans Citoyenneté

Mesdames, Messieurs, chers amis,

Une cérémonie de vœux est un moment de joie et d’espérance. C’est un moment de joie car il est de tradition de célébrer la nouvelle année et de se retrouver dans la convivialité. C’est un moment d’espérance parce que la nouvelle année nous fait croire en des jours meilleurs, dans la résolution de nos problèmes.

Malgré tout ce soir, je ne ferai pas le discours que j’avais initialement prévu de prononcer devant vous.

Ne croyez pas que je ne suis pas heureux de vous accueillir très nombreux, une fois de plus, bien au contraire, votre présence fait chaud au coeur, mais la joie a laissé place à la peine, et l’espérance à une interrogation profonde sur  l’Etat de notre société.

J’avais imaginais concentrer mon propos sur notre commune. Je ne suis pas insensible à notre environnement mais il me semblait que cela correspondait le plus à votre attente. Mais comment ne pas exprimer ce sentiment difficile à décrire, cette boule au ventre qui ne nous lâche pas, les larmes que nous préférons verser de façon pudique en privé.

J’ai décidé de maintenir cette cérémonie ce soir parce qu’il me semble que nous devons utiliser toutes les circonstances qui nous sont offertes pour « serrer les rangs ». Néanmoins, en accord avec mes collègues élus que je salue, je serai le seul à prendre la parole, en leur nom aussi, dans un format plus court que ce que j’ai l’habitude de faire.

 

Nous sommes meurtris par l’attaque sanglante de la rédaction de Charlie Hebdo de mercredi. Et comme si cela ne suffisait pas, c’est une deuxième attaque contre une policière municipale de 26 ans qui n’avait rien demandé, qui est venu s’ajouter à l’actualité pesante de ce début d’année.

Nous venons de connaître, il y a un peu plus d’une heure, l’épilogue de ces deux attaques terroristes. 13 victimes en deux jours, et l’émoi d’apprendre il y a quelques minutes la mort de 4 otages à Vincennes. Ils s’appellent Charb, Cabu, Wolinski, Tignous, Honoré, Bernard Maris, Frédéric Boisseau, Ahmed Merabet, Franck Brinsolaro, Elsa Cayat, Mustapha Ourrad, Michel Renaud et Clarissa Jean-Philippe.

Les actes inqualifiables que nous venons de vivre ces derniers jours ont provoqué une onde de choc dans le pays et dans le monde entier. Car l‘horreur, la barbarie ne se définit pas au nombre de ses victimes mais à la lâcheté, à la cruauté des actes commis.

Ce pays n’est pas individualiste car s’il l’était, nous n’aurions pas connu de telles manifestations spontanées comme c’est le cas depuis mercredi et comme cela sera encore le cas pendant les jours à venir certainement.

Notre pays est uni. Homme, femme, jeune, vieux, blond, brun, hétéro et Homo, musulmans, catholiques ou Athés. Nous sommes une communauté d’être, tous différents mais depuis quelques jours « tous Charlie », tous terriblement, viscéralement je dirai même, attachés à nos valeurs. Celle de la liberté, de l’égalité et de la Fraternité. Et quand certains veulent s’attaquer à nos valeurs, à cette liberté de penser, de créer, de s’exprimer, nous faisons blocs.

J’ai, comme vous tous ce soir une immense compassion pour les familles endeuillées, pour les proches des policiers et des collaborateurs de Charlie Hebdo assassinés, pour tous les blessés.

Je veux aussi dire l’admiration de chacun d’entre nous sur le professionnalisme des forces de sécurité qui sont intervenus et ont neutralisé en un peu plus de 50 heures les trois terroristes. Plus généralement, je veux dire notre reconnaissance à toutes celles et tous ceux, qui au quotidien, veillent à notre sécurité.

Viendra le temps, après celui de l’émotion et du deuil, de la recherche des solutions pour espérer ne plus vivre ces crimes. Il faudra du courage à notre pays, à l’Europe, au monde. Il faudra le courage de voir la réalité en face, il ne faudra pas se cacher. Nous ne pouvons pas laisser une jeunesse multiculturelle s’enfoncer dans des théories fanatiques qui finissent toujours de la même façon, par le drame et par le sang.

Mais à ce moment là, nous devrons aussi nous souvenir des moments que nous partageons ensemble ces jours-ci. Nous devrons avoir en tête cet esprit de communauté nationale qui nous réunit. Nous ne devrons pas faire des amalgames dangereux. Ne cédons pas, je vous en conjure à la tentation des raisonnements simplistes qui n’auront pour effet que de nous opposer de nouveau alors que la suite est à écrire ensemble comme nous le faisons ce soir. Et ce n’est pas un hasard si nous sommes ensemble ce soir.

Vous êtes  des habitants, vous êtes des agents de la ville, de l’agglo ou des collectivités qui nous accompagnent, vous êtes des représentants d’entreprise de la commune ou qui travaillent pour la commune (voire les deux), vous êtes des responsables associatifs, des représentants de l’EHPAD, des représentants des cultes, de la presse, des professionnels de santé, des pompiers, des gendarmes, des notaires, des partenaires institutionnels. Vous faites partie de la communauté enseignante, vous êtes nos partenaires au quotidien que vous interveniez sur le champ de l’animation, de la culture, de l’habitat, du tourisme, de la communication, de l’environnement. Vous intervenez auprès de la population de la petite enfance aux aînés. Vous êtes des élus des communes voisines, vous êtes toutes et tous des amis de la ville de Pont de l’Arche.

Alors soyez les uns et les autres remercier de votre participation au dynamisme de Pont de l’Arche, car je dois vous l’avouer, sans vous nous ne sommes pas grand-chose et sans vous demain, nous ne serons plus rien du tout.

Notre ville change, mue, s’adapte. L’année qui s’est achevé a était riche en réalisation, je devrais dire en aboutissement.

Et il n’est pas question pour nous de perdre du temps. La nouvelle équipe municipale accompagnée d’une équipe de technicien performante s’est attelée très vite aux dossiers qui nous occuperont dans les mois et dans les années à venir.

 
Il n’y a pas de hasard, il y a une ambition pour la ville.

Ce n’est pas un hasard quand la ville, la CASE et le SIEGE travaillent main dans la main pour métamorphoser la place Aristide Briand qui est passée d’un nœud routier à un espace de déambulation pratique pour tous et plus sécurisant. L’objectif affirmé est de faire de ce lieu un marqueur, une porte d’entrée du centre-ville, l’histoire nous apprend d’ailleurs qu’il s’agissait de la porte des champs, une centralité, un nouveau lieu de vie. Le projet ne s’arrête pas là et j’ai bon espoir qu’avec la communauté d’agglomération nous poursuivions le travail engagé sur l’intégralité de l’axe, vers le quartier des écoles et des services publics puis vers l’Abbaye de Bonport.

Ce n’est pas un hasard si la ville travaille depuis plusieurs années sur la création d’un pôle culturel sur cette même place. Pour en faire un lieu de vie, il faut amener des services, en complément des commerces qui s’y multiplient. Je crois pouvoir vous dire que ce projet est sur de bons rails. Les acquisitions foncières sont en cours, le cahier des charges du projet a été réalisé dans une relation transversale avec tous nos partenaires, l’étude de faisabilité a été mené en 2014, un coût prévisionnel a été arrêté. L’étape suivante n’est pas la plus simple, puisqu’il s’agit de rechercher les finançeurs de ce projet mais j’ai bon espoir que dans quelques jours, la signature du nouveau contrat d’agglomération entre la CASE, le département de l’Eure et la région (encore) Haute Normandie nous amène de bonnes nouvelles.

Ce n’est pas un hasard si nous avons inauguré à l’automne le village d’artisans de la Lisière. On ne le dit pas assez, alors j’insiste, pour la première fois depuis 20 ans, la ville de Pont de l’Arche a attiré de nouvelles entreprises et avec la CASE, nous espérons créer des emplois. Notre ambition est claire. Je ne veux pas faire de la ville une commune uniquement résidentielle. Pont de l’Arche, 3ème pole de l’agglomération a aussi besoin d’activité économique et ne pouvait pas se satisfaire de voir peu à peu les entreprises désertés le territoire. Alors j’ose le dire, j’aime les entreprises, et encore plus quand elles créent des emplois, quand elles investissent pour le bien commun et pas seulement pour irriguer les méandres d’une économie qui ne participent pas à l’amélioration des conditions de vie de quelques milliards d’êtres humains. Dans la continuité du village d’artisans, nous travaillons déjà à un nouveau projet qui pourrait permettre à des auto-entreprises d’éclore et de se développer.

L’activité économique de la commune passe aussi par le Tourisme et c’est parce que la volonté et les atouts de la commune le permettent que Pont de l’Arche devient en 2015 « Station verte ». Dans le domaine du commerce, c’est un autre label pour lequel la ville et les commerçants concourent, celui du « Commerce de proximité » qui viendra, je l’espère, récompenser l’offre de proximité et la qualité du centre-ville et de ses commerçants.

Enfin, si je parle du développement économique, je veux aussi parler de l’emploi. Nous avons mené deux sessions du dispositif d’accompagnement du Kit Emploi parce qu’il est essentiel de tous se réunir pour gagner la bataille de l’emploi et lutter contre le fléau du chômage. Les résultats obtenus sont encourageants et une troisième session sera lancée en 2015. Et puisqu’un certain nombre de responsables d’entreprises sont présents ce soir, je vous invite à nous rejoindre, à nous accompagner, à ouvrir les portes de vos entreprises pour des visites, à devenir parrains et marraines, à offrir une chance à des personnes motivées de rebondir.

Il n’y pas de hasard non plus quand j’inaugure le centre de loisirs après plusieurs années de travaux. Les actions en direction de la petite enfance, de l’enfance et de la jeunesse sont prioritaires à nos yeux. Et nous le traduisons en acte avec un équipement adapté, sécurisant pour les enfants et leurs familles. Il confère les moyens de mettre en place des projets pertinents, notamment dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires. J’ai eu à féliciter tous les agents de la ville pour la qualité du travail qui a été mené dans ce cadre et je veux renouveler ces félicitations devant vous ce soir.

L’ambition de la ville est de poursuivre le tissage mis en place entre ses différents services et d’accentuer la mise en cohérence de ses dispositifs et de ceux de nos partenaires à travers la signature, je le souhaite dans les prochaines semaines avec la Caisse d’allocations familiales, de la Convention Territoriale Globale. Il s’agira d’un nouvel acte fort de coopération avec la CAF.

Nos dispositifs en matière de solidarité seront questionnés et repensés en 2015 dans le cadre des activités du CCAS. Il s’agit d’adapter nos dispositifs aux caractéristiques et aux attentes de la population. La création d’une épicerie solidaire, la gestion du premier accueil, la question de la dépendance pourront faire partie des sujets forts que la ville entend prendre à bras le corps.

Et puisque je parle de la question de la dépendance, je suis heureux que les travaux d’agrandissement de l’EHPAD aient pu démarrer au dernier trimestre 2014. Dans deux ans, l’établissement aura fait peau neuve et sera adapté aux besoins des résidents accueillis.

Je ne peux pas ne pas parler de la question du Logement qui est un élément prépondérant Et là non plus, vous ne serez pas étonné, il n’y a pas de hasard. Je n’imagine pas un projet un beau matin en me rasant.

Mais le rôle d’un élu doit être de s’assurer que la population a les moyens de se loger tout simplement. Ce sont nos séniors qui sont en demande de logements plus accessibles et à proximité des services, ce sont les jeunes couples qui s’installent et apportent un dynamisme durable à la commune. Et ces propositions de logements elles sont possibles grâce aux investisseurs publics et privés, je ne les oublie pas. Deux projets ont été initiés ces dernières années avec Sécomile pour la résidence Jean-Paul Sartre inauguré le mois dernier et la Siloge pour la résidence Aubrac qui sera livrée en 2015. Ces deux résidences, qui seront des témoignages de leur époque, permettent à Pont de l’Arche d’atteindre et même de dépasser leurs objectifs obligatoires de production de logement social et sont déjà les deux ensembles les plus respectueux de l’environnement de la commune.

De nombreux autres chantiers seront sur la table cette année : l’environnement, les équipements publics avec je l’espère les travaux de l’hôtel de ville , l’animation, les sports… et tout ça dans un contexte financier jamais connu pour les collectivités qui nous obligera à faire des choix difficiles mais essentiel pour l’avenir.

Cette ambition pour la ville que j’ai tenté de vous présenter succinctement ce soir, nous serons, quoi qu’il en soit, heureux de la partager avec vous dans les douze prochains mois.

Je parlais en préambule de l’espérance de la nouvelle année.

Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie disait Jacques Prévert, alors très sincèrement, je nous souhaite une année de vérité et de liberté. C’est pour cette exigence, défendue par des hommes et des femmes de conviction, qu’aujourd’hui nous relevons tous la tête. 

Merci de votre présence.

Bonne année à toutes et à tous.

Partager

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Derniers Commentaires

  • Le Football Club Seine Eure : Une aventure sportive

    Marc Anthony 14.06.2017 10:00
    Merci pour le partage. A vous lire !

    Lire la suite...

     
  • Un soleil généreux inaugure la nouvelle place Aristide Briand

    Demercastel 19.05.2014 16:56
    Cela donne vraiment envie de (re)venir à Pont de l'Arche :lol:

    Lire la suite...

     
  • Questions d'avenir présente son équipe

    Alain Demercastel 16.04.2014 13:09
    Une équipe chic pour une action de choc !

    Lire la suite...