Imprimer

Richard Jacquet : "Ludovic Aumont ne fait plus partie de la majorité"

Écrit par redacteur. Publié dans Pont de l'Arche 2014

La campagne électorale commence à peine et déjà la liste adverse à Pont de l’Arche Questions d’avenir fait pleuvoir les mensonges et les témoignages très partisans. Certains auront été surpris du ralliement de Ludovic Aumont sur la liste d’Hervé Lour et plus encore des attaques frontales de l’adjoint contre le maire sortant. Richard Jacquet lui répond, sans langue de bois.

Ludovic Aumont rejoint la liste concurrente conduite par Hervé Lour. Quel est votre sentiment ? C’est un coup dur dans votre campagne ?

Ce n’est pas un coup dur mais c’est un vrai coup de poignard. Je m’explique.

Ce n’est pas un coup dur car j’avais dit à Ludovic Aumont qu’il ne ferait pas partie de la prochaine équipe. Il voulait pourtant repartir, c’est en tout cas ce qu’il m’avait dit l’été dernier lors d’un entretien agréable et franc que nous avions eu ensemble. J’ai pris le temps de constituer une liste efficace, compétente et motivée et j’ai annoncé à Ludovic Aumont que je ne souhaitais pas le reconduire.

C’est pourtant un coup de poignard. Qu’il parte « à la concurrence », c’est son droit et j’ai déjà dit que je respectais ce choix, mais en lisant son témoignage distribué cette semaine, j’ai l’impression d’avoir été trahi.


Justement, il parle de vos divergences, de quoi s’agit-il ?

Il faut lui demander. Est-ce que Ludovic Aumont s’est une fois abstenu sur une délibération ? Non. Est-ce qu’au moins il a manifesté un avis contraire devant ses collègues, en conseil municipal ? Pas une seule fois !

Il ne semble pas s’étouffer par le courage. Il ne suffit pas d’avoir des opinions, il faut aussi les exprimer. Je ne l’ai jamais entendu exprimer un avis contraire à celui de la majorité dans nos débats.


Et sur les écoles ?

Même sur les écoles. ! Concernant l’école maternelle, ma position a toujours ététrès claire. Devant le coût du projet que nous avions estimé, nous avons décidé de phaser les opérations. Il est très difficile pour l’heure de savoir comment les effectifs évolueront encore dans les années à venir. Nous pensions tous qu’ils baisseraient et ils remontent depuis l’an dernier et certainement encore l’an prochain. Difficile, dans ces conditions, d’adapter durablement les locaux.

Pour autant la ville a dépensé près de 500 000€ en 6 ans à l’école maternelle. Ce fut notre premier investissement avec la création de la 7ème classe, que nous avons été défendre auprès de l’inspecteur. A l’été 2013, nous avons agrandi la cour, installé un préau et de nouveaux jeux. Il ne m’a jamais fait part d’une position contraire et a voté tous les budgets avec moi. C’est complétement incompréhensible !

Je fais attention de ne pas tout mélanger car Ludovic Aumont est directeur de l’école élémentaire et il me faudra continuer à travailler avec lui. Mais c’est le spécialiste du mélange des genres. Je pensais en 2008 que c’était une mauvaise idée qu’il soit adjoint à l’éducation et directeur d’école. Il voulait ce poste absolument. Il s’est résolu à changer d’attribution à la première occasion, au départ d’Arnaud Levitre en l’occurrence.


Il évoque votre dérive autoritaire. Comment qualifiez-vous-votre rôle de Maire ?

Je n’ai certainement pas étéassez autoritaire avec lui (rires).

J’ai passé du temps à rechercher la bonne cohésion d’équipe. Pas facile de faire travailler une équipe de 21 personnes ensemble (nombre d’élus dans la majorité).

C’est une animation d’équipe de tous les instants. Passer l’information, associer au bon moment, rendre compte à tous et trancher le moment venu. Je suis fier que quelques mois encore avant les élections, une réunion de la majorité réunisse encore 90% de ses membres.

Si j’avais été autoritaire, je n’aurai pas donné autant de délégations aux adjoints et conseillers délégués, ce qui m’a été reproché d’ailleurs.


Alors comment qualifiez-vous vos relations avec Ludovic Aumont ?

Nous nous sommes éloignés pendant le mandat. Il ne sait pas travailler en équipe et ne se complait que dans le conflit.

Il s’est exclu peu à peu de l’équipe. Quand j’ai demandé aux élus de financer, sur leur indemnités, le bilan de mi-mandat de l’équipe, tous ont répondu présents … sauf Ludovic Aumont.

Il a fait le service minimum à la culture mais sans créer la transversalité nécessaire avec ses collègues, avec qui il était souvent aussi en conflit.

Quant au projet du centre culturel dont il s’attribue la paternité, je rigole.


Quel a été son rôle ?

L’emplacement du futur centre culturel, c’est moi. Le comité de pilotage créé, c’est ma proposition. Le projet de regrouper l’école de musique, c’est sur mon initiative. Il a été spectateur comme dans beaucoup de réunions, un bon secrétaire tout au mieux. Sur ce projet comme dans toutes les réunions que nous avons eu ensemble, il n’a jamais su exprimer un avis, une volonté, un projet.

Je suis heureux que ce projet soit aujourd’hui repris par la liste concurrente, cela prouve que nous n’avons pas si mal travaillé que ça. C’est, me semble t’il, une attente forte des Archépontaines et des Archépontains.


La liste concurrente parle du poids de la politique et de l’appareil socialiste. C’est aussi ce que sous-entend Ludovic Aumont ?

Je ne lui ai pas mis le couteau sous la gorge pour qu’il prenne sa carte au Parti Socialiste. Il l’a pourtant fait et m’a accompagné lors de grands rassemblements autour de François Hollande.

’ai un profond respect pour les idées de chacun. Je suis le maire de tous les Archépontains. Je n’ai jamais échangé un logement ou un coup de main contre un bulletin de vote ou une adhésion à la section du PS. On peut agir en proximité pour sa commune et avoir des convictions politiques sans jamais mélanger les genres. Je n’ai pas l’habitude de mettre mon drapeau dans ma poche.

J’essaie d’être fidèle et de pouvoir me regarder dans une glace. Comment peut-il se retrouver aux côtés de Dominique Jachimiak après nous avoir tant dit surses méthodes ? Il éprouvait une rancœur incroyable contre lui et devient aujourd’hui son meilleur ami.


Ludovic Aumont est-il toujours adjoint au maire ?

Peut-être a-t-il fait parvenir sa démission au Préfet comme le veut la règle pour les adjoints ? Je n’en sais rien. Se pose la question de la délégation que je lui ai confiée. Entre le maire et son adjoint, c’est une relation de confiance. Autant dire que je n’ai plus aucune confiance après cet épisode que je n’aurai jamais cru vivre. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne fait plus partie de la majorité municipale.

Partager

Commentaires   

 
0 #1 Sidonie Petit 09-02-2014 13:03
." Comment peut-il se retrouver aux côtés de Dominique Jachimiak après nous avoir tant dit sur ses méthodes ? Il éprouvait une rancœur incroyable contre lui et devient aujourd’hui son meilleur ami."

Hmph ... et vice versa ... Je sais, qu'en politique, parfois la cohérence n'est pas toujours de mise, tout du moins aux yeux des électeurs lambda. Mais j'ai du mal à saisir que l'on puisse intégrer quelqu'un que l'on qualifiait (ce que j'ai moi-même dit à l'époque d'ailleurs) d'incompétent dans sa liste ... Ca me laisse dubitative ...
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Derniers Commentaires

  • Un soleil généreux inaugure la nouvelle place Aristide Briand

    Demercastel 19.05.2014 16:56
    Cela donne vraiment envie de (re)venir à Pont de l'Arche :lol:

    Lire la suite...

     
  • Questions d'avenir présente son équipe

    Alain Demercastel 16.04.2014 13:09
    Une équipe chic pour une action de choc !

    Lire la suite...

     
  • Après l’école, c’est au tour de la mairie !

    Archépontain 15.03.2014 13:08
    Bonjour, pour information, je n'ai jamais eu votre programme version papier; étant un internaute ...

    Lire la suite...