Double A s'implante durablement à Alizay

DERNIERE MINUTE ...

 

Le comité de pilotage pour la réindustrialisation de la zone d’activités d’Alizay, réuni mardi 18 décembre dans les murs de Double A, a pris une tournure particulière avec l’annonce de Jean Louis Destans de la signature d’un nouvel accord avec la société Double A.

Et cet accord donne raison aux salariés qui défendaient, depuis l’arrêt de la machine de pâte à papier en 2009, l’incohérence d’une telle décision. Double A, satisfait de son implantation à Alizay a donc décidé de remettre en service cette unité. Une bonne nouvelle pour l’emploi

 

Lire le communiqué de presse du Département de l'Eure

Frissons sur le pont...

Par une nuit glaciale, le Père Noël commençait sa tournée au volant de son 44 tonnes Colissimo.

Comme il franchissait le pont, à l’endroit certainement d’une plaque de verglas, il prit soudain son envol vers nos rives Archépontaines. Les riverains, sortis de leur sommeil par deux « BOUM ! » retentissants, se posaient bien des questions. Mais au petit matin...Surprise ! Des cadeaux étaient déposés là, au bord de la rivière.

 

Une histoire au bout du compte qui se termine bien puisque le chauffeur du camion s’en tirera avec quelques courbatures et une grosse frayeur. Il ressortira de l’hôpital l’après-midi même.

Pendant deux jours « des armées de lutins » de tous horizons s'affairèrent avec diligence pour préserver le précieux chargement et récupérer l'attelage.

Il faut d’ailleurs saluer le grand professionnalisme de toutes les équipes de secours intervenus sur cet accident. Pompiers, gendarmes, agents de ville et du département, agent de la poste, les entreprises Wibault et Ponticelli qui ont permis le relevage en un temps record.

 

De mémoire Archépontaine, malgré le brouillard et le froid, rarement le public n'était venu si nombreux ! Et un doute se mit à planer...L'arrivée du Père Noël n'était-elle pas programmée parmi les animations de fin d'année pour faire parler de la ville ?

En tous cas, c'est réussi car dans toute la région et dans tous les médias on a parlé de Pont de l’Arche.

 

Presque un conte de Noël...

Il était une fois, un petit peuple qui vivait tranquille entre rivière et forêt, le peuple des Schtroumph'pontains. Une seule chose leur gâchait la vie : un énorme champignon avait poussé en haut de leur ville et depuis s'en suivirent mille désagréments, dus à l'invasion de monstres fumants et pétaradants qui, jour et nuit, tournaient autour de lui, dans un sens, dans l'autre, de plus en plus vite, de plus en plus nombreux...

 

Les Schtroumph'pontains, au bord de l'asphyxie, n'en pouvaient plus ! Les mamans-Schtroumph' tremblaient pour la sécurité de leurs enfants.

Les anciens Schtroumph' perdaient la tête pour traverser la place, certains y connurent même des catastrophes.

 

Un jour pourtant, quelques Sages Schtroumph' réfléchirent au problème et décidèrent d'arracher ce champignon vénéneux : alors on se mit à l'ouvrage d'arrache-pied  pour offrir aux Schtroumph'pontains un décor plus serein.

Les monstres perturbés dans leurs habitudes avaient fui vers d'autres contrées...

 

Le dire et le faire

Richard Jacquet a annoncé dernièrement qu’il conduirait à nouveau la liste de Questions d’avenir à l’occasion des élections municipales des 23 et 30 mars 2014. Devant les aînés de la commune il a souhaité que « les débats soient à la hauteur des enjeux qui sont devant nous ». Car ce rendez-vous démocratique doit aussi mettre en avant les valeurs collectives que nous souhaitons défendre.

 

Nos valeurs historiques (la solidarité, la liberté, la démocratie, la proximité…) sont toujours porteuses de sens. Il est cependant nécessaire d’introduire des notions nouvelles comme la bienveillance mais aussi la responsabilité et leurs valeurs associées : l’exemplarité, la transparence, le développement durable… Et pourquoi pas le sens du service, le respect ?

 

En revanche, nous ne pouvons pas nous contenter de proclamer nos valeurs. Il ne suffit pas de dire que nous sommes solidaires, démocratiques… sans en faire la démonstration ! L’un des enjeux de notre réflexion est donc aussi de rapprocher le dire et le faire, d’objectiver nos valeurs, de montrer que nous les mettons véritablement en œuvre au service de l’intérêt général !

Pour mettre en œuvre nos valeurs au service de l'intérêt général, ensemble nous choisissons à Questions d'avenir de suivre la ligne de conduite impulsée par Richard Jacquet et son équipe majoritaire, celle d’une démocratie participative, exigeante mais nécessaire pour lutter contre l’individualisme.

 

Cohérence quand tu nous tiens

Dans le N° 8 du Mag d'octobre 2013 de l’Agglomération Seine Eure, nous pouvons lire, page 8,  un article sur la rénovation de la place Aristide Briand :« En requalifiant le centre- bourg, l’agglo souhaite remettre les piétons et les transports doux au cœur de cet axe historique, assurer un meilleur partage de la voirie entre tous les modes de déplacement, faciliter l’accès aux commerces et ainsi contribuer au développement local... »

 

Et page 13, sur le site de BOSCH, 3 hectares, au Damps, la municipalité achète la totalité de cet espace  « ...que nous cèderons à notre tour à la SCI le Nigard (Super U, à Igoville) qui y installera une supérette de 300 m² et 4 cases commerciales ... ».

 

En résumé, l’agglo restructure la Place A. Briand, afin, entre autre, de faciliter l’accès aux commerces et de contribuer au développement local et à 200 mètres de ces-dits commerces et artisans (75), elle favorise l’installation d’une supérette 300 m² avec parking et cases commerciales.

 

Bordé sur sa droite par le Mutant (futur Leader Price) et sur sa gauche par une supérette U, je doute que notre ville puisse assurer la survivance de ces 65 commerces et artisans. Sans omettre tous les centres commerciaux déjà présents alentours.

 

Un ami est parti

La douleur est immense pour toutes celles et tous ceux qui ont connu Guy Murvil. A l’âge de 61 ans, il s’est éteint, beaucoup trop tôt, le mercredi 4 décembre 2013 en laissant derrière lui un grand vide.

Arrivé sur la commune de Pont de l’Arche au début des années 2000, il avait très vite choisi de s’investir politiquement et citoyennement sur Pont l’Arche, disant souvent qu’il voulait rendre à la société ce qu’elle lui avait donné. Il ne concevait pas de s’investir à moitié. Guy a évidemment accompagné Questions d’avenir pendant de longues années, de 2001 à 2008 et a pris toute sa place dans l’équipe municipale.

Il a exercé à partir de 2008 les fonctions de 2ème adjoint au Maire en charge de l’équipement et de la sécurité. Il était de ces adjoints de la rue, trainant ici ou là, connaissant chaque trou dans la chaussée, chaque chantier, chaque situation difficile avec tel ou tel habitants, recherchant toujours à améliorer la qualité de vie de celles et ceux qu’il voulait servir.

Il avait découvert l’exigence du mandat municipal, la lourdeur parfois des procédures, la frustration aussi de ne pas pouvoir réaliser tous les projets qu’il avait dans la tête.

 

Intercommunalité et finances au programme

Les élus du Conseil Municipal étaient réunis lundi 4 novembre.

La soirée a notamment permis d’aborder les rapports d’activités de la Communauté d’Agglomération et le débat d’orientations budgétaires. 2h30 de débat intéressant sur la vision  de chacun, de l’avenir des communes, des intercommunalités et de leurs finances.

 

Patrice Yung, Président de la CASE et Philippe Le Gal, directeur général des services de l’agglo étaient présents lundi soir à Pont de l’Arche, comme à leur habitude, pour présenter aux élus les rapports d’activités de l’agglomération.

 

Quel avenir pour l’intercommunalité ?

 

L’exercice est connu et un peu formel, mais il a surtout permis aux élus de s’exprimer sur l’intercommunalité, sur le « pouvoir » des élus communaux et sur l’avenir.

Car le processus intercommunal né, il y a 30 ans, pourrait bien se poursuivre dans les années à venir. L’occasion pour les élus Archépontains de faire part, à la fois de leur satisfaction sur ces évolutions (et notamment de la fusion avec la CDC Seine Bord), mais aussi de leur confiance en l’avenir.

Car il faut bien le reconnaitre, les intercommunalités en général et la CASE en particulier a permis de développer des compétences qui n’étaient parfois que peu exercées (habitat, milieux naturels …). Pour d’autres, elle a permis de moderniser les méthodes, d’améliorer le service à l’usager (transport, déchets).

 

Bonna Sabla, mobilisation le 28 octobre à 8h30

Communiqué de presse

 

L’usine Bonna Sabla de Pîtres a annoncé sa fermeture en janvier 2014. Raison évoquée : des résultats déficitaires en 2012. Mais lorsque l’on regarde d’un peu plus près, on s’aperçoit qu’à cette époque, les ouvriers ont opéré toute une série de réglages pour le bon fonctionnement de la nouvelle machine appelée « quadra » ; machine achetée en 2011, un million huit cent mille euros.

Pourquoi un groupe investirait autant d’argent dans l’outil de production s’ils n’avaient pas en tête de développer son chiffre d’affaire à Pîtres ? C’est incompréhensible, surtout que le premier semestre 2013 accuse un solde bénéficiaire.

 

Pourquoi un groupe investirait 600 000 euros dans la création de bâtiments si ce n’était pour la même chose : développer le site de Pîtres ?

 

Vu la situation ubuesque et le silence de la direction, les salariés, aidés d’un cabinet indépendant se sont mis au travail. Ils proposent un fonctionnement nouveau qui démontre la possible rentabilité de l’entreprise.

Richard Jacquet conduira une liste de rassemblement pour Pont de l'Arche

Madame, Monsieur,

 

En mars prochain, je serai candidat à l’élection municipale de Pont de l’Arche.

Ce n’est pas un secret dans le fond, mais il m’apparaît légitime, à quelques mois de l’échéance, d’informer les Archépontaines et les Archépontains, de ma volonté de poursuivre le travail entamé en 2008 avec l’équipe majoritaire de Questions d’avenir.

 

Les six années qui viennent de s’écouler ont été riches. En débats, en projets, en rencontres, j’ai vécu ce mandat pleinement parce que je ne concevais pas de m’investir à moitié.

 

J’ai recherché pendant 6 ans, la participation du plus grand nombre.

Du côté des élus d’abord parce qu’il nous fallait travailler dans un climat serein. Pont de l’Arche avait trop souffert des divisions. En respectant les positions de chacun, nous avons engagé des projets importants pour la ville, et je suis fier d’avoir travaillé à un large rassemblement.

Avec les habitants ensuite, chaque fois que possible, pour entendre et comprendre les positions des uns et des autres. La méthode est exigeante mais elle a permis, là aussi, d’apaiser les choses et de transformer la ville en douceur.

Avec nos partenaires, et ils sont nombreux, nous avons positionné Pont de l’Arche comme une commune, souvent pilote, observée et écoutée.

 

Derniers Commentaires

  • Le Football Club Seine Eure : Une aventure sportive

    Marc Anthony 14.06.2017 10:00
    Merci pour le partage. A vous lire !

    Lire la suite...

     
  • Un soleil généreux inaugure la nouvelle place Aristide Briand

    Demercastel 19.05.2014 16:56
    Cela donne vraiment envie de (re)venir à Pont de l'Arche :lol:

    Lire la suite...

     
  • Questions d'avenir présente son équipe

    Alain Demercastel 16.04.2014 13:09
    Une équipe chic pour une action de choc !

    Lire la suite...